Un déni de justice, qu’est-ce que c’est ?

Miniature de l'article : Qu'est-ce qu'un déni de justice ?
Crédit photo : © Pexels | Andrea Piacquadio

Un déni de justice, qu’est-ce que c’est ?

Miniature de l'article : Qu'est-ce qu'un déni de justice ?
Crédit photo : © Pexels | Andrea Piacquadio
Mais qu’est-ce que c’est un déni de justice, vous demandez-vous ?

L’idée générale ne vous a pas échappé : le déni de justice vise bien une situation où un juge refuse de rendre la justice.

En revanche, concrètement, vous ne voyez pas trop comment, ni pourquoi, dans notre belle et séculaire démocratie judiciaire, un juge pourrait refuser de rendre une décision sur une affaire.

Et pourtant…

Le déni de justice vise principalement 2 situations :

  • Quand le juge ne traite pas toutes les demandes dont il a été saisi, mais seulement certaines d’entre elles, il commet un déni de justice.
    Vous saisissez le Conseil de prud’hommes d’une contestation de votre licenciement et d’une demande de rappel de commissions, le juge condamne l’employeur sur le licenciement, mais ne dit rien sur votre demande de rappel de commissions.
  • Quand le juge met trop de temps à rendre sa décision, il y a aussi déni de justice.
    À l’heure du digital, attendre plus de 12 mois pour obtenir une décision du Conseil de prud’hommes, c’est déjà interminable et totalement déconnecté des besoins des justiciables, mais quand cette attente dépasse ce délai, le droit considère que c’est comme si le juge n’avait pas rendu de décision.
 

Permettez-nous de vous révéler ce secret jusqu’à présent si bien gardé : il y a un droit à ce que le tribunal juge une affaire dans un délai raisonnable.

Ce n’est pas un simple droit, c’est un droit fondamental qui est protégé par la Convention européenne des droits de l’homme.

Nous ne vous épargnerons pas la retranscription de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme, tant sa musique est douce à nos oreilles : « Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable »…

Alors pourquoi donc, avez-vous dû attendre 5 ans pour obtenir la décision définitive de la Cour d’appel et le versement de vos dommages et intérêts pour licenciement abusif ?

Pour maintenir cet article dans une plage de lecture raisonnable, nous allons éviter de traiter ce sujet ici !

Retenez que la France est une très mauvaise élève, et que les tribunaux la condamnent régulièrement pour dépassement des délais raisonnables de justice.

Retenez surtout que tous les dénis de justice liés au « dépassement des délais raisonnables de justice », que les professionnels appellent aussi les « délais anormalement long de justice » et qui pourraient tout simplement appelés les « retards de justice » ouvrent droit à une indemnisation pour la victime, c’est-à-dire : vous !

Il suffit d’engager une action en responsabilité contre l’État conformément à l’article L.141-1 du Code de l’organisation judiciaire, qui prévoit que « L’État est tenu de réparer le dommage causé par le fonctionnement défectueux du service de la justice. Cette responsabilité n’est engagée que par une faute lourde ou par un déni de justice. »
 

Oui c’est pompeux ! mais c’est pour que vous vous rendiez compte que c’est une procédure légale, tout ce qu’il y a de plus officielle et donc normale et sans risque de représailles 😉

Si vous estimez subir un retard de justice, remplissez notre questionnaire en ligne pour obtenir gratuitement une évaluation de votre indemnisation.

01.88.24.00.11

retardsdejustice@sagan-avocats.fr

35 rue de la Bienfaisance
75008 PARIS

01.88.24.00.11

retardsdejustice@sagan-avocats.fr

35 rue de la Bienfaisance
75008 PARIS

01.88.24.00.11

retardsdejustice@sagan-avocats.fr

35 rue de la Bienfaisance
75008 PARIS

Top